Matériel pédagogique en libre accès pour une pratique de la conservation des espèces fondé sur des preuves

Dans leur dernière revue, Harriet Downey et des éducateurs du monde entier appellent à un enseignement plus large des outils et des compétences nécessaires pour faciliter la conservation fondée sur des preuves.

A version of this post is available in English. Translated to French by Daphne Kerhoas.

Saviez-vous que plus de 12 000 articles sont publiés chaque année dans le seul domaine de l’écologie ? Les 20 dernières années ont vu une énorme augmentation de la quantité d’informations disponibles pour ceux qui travaillent dans la conservation des espèces, mais est-ce que toutes ces informations supplémentaires amènent les gens à prendre de meilleures décisions?

Il a été démontré que souvent ceux qui entreprennent des actions de conservation et de gestion de l’environnement n’utilisent pas ces preuves scientifiques dans leur prise de décision. Cela n’est souvent pas dû à un manque de volonté, mais à une myriade de raisons, telles que le manque de temps, d’accès et de compréhension (par exemple, Rafidimanantsoa et al. 2018; Walsh et al. 2019).

Ne pas intégrer de preuves scientifiques, à d’autres facteurs importants, peut conduire à de mauvaises pratiques et de mauvaises décisions ainsi qu’à une perte de temps et de ressources, qui sont déjà rares en matière de conservation. Par exemple, une synthèse récente de l’efficacité des translocations de grands carnivores pour réduire les conflits entre humains et animaux sauvages a montré que cette action est souvent inefficace voire nuisible. Le nettoyage des oiseaux après les déversements d’hydrocarbures à un coût énorme, malgré des études montrant qu’il n’augmente pas la survie des oiseaux mazoutés ou de leur progéniture.

Même là où de nombreuses études sont menées pour des actions particulières, elles peuvent ne pas répondre à ce que nous voulons vraiment savoir. Par exemple, les boîtes à chauves-souris sont souvent recommandées comme outil de mitigation pour les populations affectées par le développement. Cependant, bien qu’il existe de nombreuses études mesurant l’utilisation, peu mesurent les réponses de la population qui sont ce que nous voulons vraiment savoir, et nous ne pouvons donc pas être sûrs qu’il s’agit d’une technique de mitigation efficace.

bat box_all
Des boîtes à chauves-souris de nombreux type de modèles ont été recommandées comme technique de mitigation pour les populations affectées par le développement, cependant, il existe très peu d’études qui mesurent les résultats qui nous intéressent.

La pratique fondée sur des preuves vise à aider à une prise de décision plus efficace en combinant les preuves scientifiques avec les connaissances locales, l’expérience, ainsi que les contraintes de ressources, politiques et financières.

Pour appliquer avec succès une pratique fondée sur des preuves, il faut comprendre comment accéder, interpréter et appliquer des preuves scientifiques ainsi que d’autres connaissances et facteurs contraignants. Cependant, ce n’est souvent pas une compétence de base des cours de premier cycle, des cycles supérieurs ou du développement professionnel. La prochaine génération de gestionnaires de la biodiversité et des écosystèmes a besoin d’une compréhension approfondie de la manière de prendre des décisions fondées sur des preuves, d’une réflexion critique et de la valeur de la synthèse de ces preuves. En tant qu’éducateurs, si nous ne faisons pas de ces questions un élément central de ce que nous enseignons, nous risquons de ne pas préparer nos élèves à apporter une contribution efficace aux pratiques de conservation.

Pour aider, une équipe mondiale d’éducateurs s’est réunie pour créer une série de matériels en libre accès pour aider à enseigner les compétences de base de la conservation fondé sur des preuves. Ces documents sont disponibles en plusieurs langues dans Applied Ecology Resources.

Jusqu’à présent, 117 éducateurs de 23 pays ont reconnu l’importance de la conservation fondée sur des preuves et l’enseignent déjà ou ont accepté de l’enseigner. Cela comprend 145 cours de premier cycle universitaire, du deuxième cycle universitaire ou du développement professionnel. Nous appelons à une plus grande adoption de l’enseignement de la conservation fondée sur des preuves et suggérons que la fourniture de matériel pédagogique en ligne pourrait faciliter une inclusion plus large dans le programme d’enseignement. Avec le temps, nous espérons que ces compétences deviendront un enseignement de base non seulement en conservation de la biodiversité, mais également dans d’autres domaines. Vous pouvez trouver un lien vers les documents dans leur format d’origine ici : http://bit.ly/Evidence-in-Conservation-Teaching

Nous espérons toujours traduire notre matériel pédagogique dans plus de langues. Si vous souhaitez aider, veuillez contacter Harriet Downey à hd438@cam.ac.uk

Lisez la revue complète : “Former les générations futures à offrir une conservation et une gestion des écosystèmes fondées sur des preuves” dans le numéro 2:1 de Ecological Solutions and Evidence.

One thought on “Matériel pédagogique en libre accès pour une pratique de la conservation des espèces fondé sur des preuves

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s